«

»

Août 29

Imprimer ce Article

Comment l’AGLEBUS m’a aidé, par Benjamin

J’ai décidé de vous faire un petit témoignage sur ma vie afin de vous présenter pourquoi l’AGLEBUS est important pour moi. Le passage à l’âge adulte ma toujours fait peur. J’étais déjà conscient que notre monde n’est pas parfait, la discrimination et l’intolérance y sont courantes. Dans mon cas, jeune homme homosexuel, grandir en assumant réellement qui je suis a été un réel défi dans mon cheminement personnel.

Au secondaire, là où nous commençons à ressentir pour la première fois ce que je pourrais appeler les pulsions sexuelles, j’ai été bouleversé. Mais qu’est-ce que cette boule dans le ventre, cette espèce d’euphorie poignante qui me donnait envie de vivre, de rencontrer, de parler, d’embrasser ? Si seulement cette émotion s’était révélée pour une fille… Non, c’est un garçon qui, la première fois, m’a entraîné sur ce sentier terrifiant qu’est l’attirance sexuelle. Tout au long de mon secondaire, je me suis questionné et créé des scénarios aussi imaginatifs les uns que les autres afin d’essayer de me convaincre que les garçons ne m’intéressaient pas. Malgré mes efforts pour me prouver que je n’étais pas gai, mes pensées semblaient me dire le contraire, ce qui m’affolait encore plus.

Arrivé au cégep, resté caché durant déjà 4 ans, je me suis dit que j’y arriverais encore… pour mon cégep et pour le reste de ma vie ; je ne serais pas gai! Dans les corridors du cégep, je voyais de nouveaux visages, de belles filles, mais surtout de super beaux gars. Je n’avais pas le droit de les regarder, il fallait que je regarde les filles. Durant mes deux ans de cégep, ma case personnelle était juste à côté d’une affiche de Gai Écoute. J’avais tant envie d’appeler et de me vider le coeur, mais j’en ai jamais eu la force.

Déjà 6 ans que je me questionnais sans cesse, que je me torturais l’esprit, que j’étais quelqu’un d’autre. À l’Université, j’ai eu mes premières expériences homosexuelles. J’étais curieux, j’avais envie d’avoir des réponses malgré mon inquiétude. Après avoir compris que j’avais encore envie d’en découvrir plus, je suis retombé dans le dénie. J’ai tenté des expériences avec des femmes, mais ces relations n’ont pas fonctionné. Cela m’a enfin ouvert les yeux. C’est à ce moment que je me suis inscrit à l’AGLEBUS, le groupement des membres de la diversité sexuelle et de genres de l’Université de Sherbrooke. J’ai rencontré des gens qui me ressemblaient, qui partageaient des expériences similaires aux miennes et qui pouvaient me comprendre. J’ai pu me faire des amitiés solides et finalement m’impliquer moi aussi dans une cause qui me tient vivement à cœur.

À toutes celles et à tous ceux qui l’iront ce texte et qui se sentent touché(e)s, je vous souhaite de trouver enfin le bonheur d’être vous-mêmes, d’arrêter de vous cacher et soyez à fond la personne que vous voulez être. L’AGLEBUS et toutes ces expériences m’ont permis enfin de définir ce que je veux être au-delà de mon orientation sexuelle et de me faire grandir dans un environnement sécuritaire où je me sens libre et épanoui. Chaque personne a sa propre histoire, j’ai choisi de partager la mienne dans ce témoignage avec une volonté bien humble. Je ne souhaite pas juger de la façon dont j’ai vécu mon homosexualité par rapport aux autres, je souhaite juste vous transmettre solidairement que l’AGLEBUS est une association qui a vraiment le mérite de nous aider à cheminer et nous épauler dans certaines difficultés.

Malgré mes années plus sombres et tourmentées, j’ai appris à m’accepter et à m’aimer. Je suis fier de mon parcours, de qui je suis devenu et je suis fier de maintenant partager ma vie avec un autre homme que j’aime.

Benjamin B.

Lien Permanent pour cet article : http://aglebus.association.usherbrooke.ca/?p=3604

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>